Carnet de voyage

Cet article n'est pas vraiment un article conventionnel (je doute d'avoir écrit des articles conventionnels par ailleurs) puisque je ne vais pas vous parler d'un sujet précis mais je vais vous raconter mes vacances. Je pars avec deux chiens. Je vais commencer par vous les présenter.

Il y a Fenris, un Lundehund (chien norvégien de macareux) de 3 ans. C'est un mâle non castré. Il a beaucoup de qualité, c'est un petit chien câlin, qui adore les promenades en liberté, il est intelligent, réfléchi, c'est un chien très communicatif, adorable avec les enfants ... Il a également quelques petits défauts, il n'aime pas particulièrement les chiens trop remuants, il est possessif et il a tendance a être aboyeur. Le second chien que j'emmène appartient à l'association Bêtes de Scène pour qui je suis famille d'accueil. Il s'agit d'Haï Olly. Haï Olly a elle aussi beaucoup de qualité, elle est très sociable avec les autres chiens, joueuse, câline, un peu pot de colle à ses heures ... mais elle a aussi quelques "défauts" relativement gênants dont la peur des êtres humains et surtout des hommes. Je vous propose de regarder cette petite vidéo d'Haï Olly avec mon compagnon retraçant un petit bout de leur relation :



Haï Olly est capable de progrés. Récemment elle nous a montré que si elle voyait plusieurs fois une personne, même relativement de loin, elle s'en souvenait et quand la personne venait à la maison, elle l'accueillait comme une personne connue, en acceptant le contact. Elle nous a également montré au sein de balade canine en groupe, qu'elle identifie relativement bien le groupe avec lequel nous marchons et qu'elle s'y familiarise beaucoup plus vite. Cependant, nous n'en sommes encore à pouvoir croiser beaucoup de personnes sans que cela ne pose le moindre problème.

Partir en vacance avec des chiens, beaucoup de personnes y renoncent. Partir en vacances avec un chien peureux ... c'est encore plus compliqué car les rares endroits autorisés aux chiens (certaines plages, ...) peuvent être impraticables avec un animal inquiet. Une personne m'a confié ne plus prendre de vacances, faute de pouvoir emmener son chien ou simplement le laisser dans une structure adaptée à ses peurs. Nous ne sommes pas les propriétaires d'Haï Olly ... mais j'ai supprimé certaines vacances faute de pouvoir les envisager de façon gérable.

La différence cette année ? Elle a fait des progrés et je lui fait davantage confiance. Ce qui ne veut pas dire que ces vacances vont être facile. Allez, je vous emmène avec moi !



A partir du 02/08/2014 : Road Trip Rennes / Bordeaux

Première étape les préparatifs ... Surtout, ne rien oublier. Nos vacances se découpent de façon un peu originale puisque le premier jour nous sommes deux. Mon compagnon et moi-même, puis je le dépose dans un aéroport et pendant quatre jours, je suis seule avec les chiens avant de le retrouver. Donc durant les quatre jours en question, je dois pouvoir tenir en autonomie. Aller dans un commerce avec les chiens étant très difficile et les mettre à l'attache devant le commerce trop dangereux à mon sens (les vols existent !), sans parler du fait que ce soit vraiment trop violent pour un chien inquiet comme Haï Olly. Il faut donc essayer de penser à tout ... puis, c'est parti !

Je ne vais pas vous faire un check-up complet de tout ce qui est utile d'emmener mais j'aimerai m'attarder sur trois équipements qui peuvent être intéressants. Le premier est un crochet d'attache, il se visse dans le sol et une longe y est rattachée. La plupart des campings précisent que les chiens doivent être en laisse et ne doivent être laissés ni dans les tentes, ni dans les voitures, ni être laissé en divagation. Dans les faits, on voit quelques chiens détachés et je n'ai jamais eu de soucis pour les avoir laissé à l'attache ou dans la voiture (quelques minutes, à une heure non chaude, à l'ombre, fenêtres entre-ouvertes, n'oublions pas que chaque année la chaleur tue des chiens !) le temps d'aller aux sanitaires ou de faire une toilette rapide. Attention également, des enfants peuvent s'approcher des chiens si vous les laissez à l'attache sans surveillance ... Vous êtes responsables de vos chiens, de leur sécurité et il ne faut pas mettre en danger des campeurs qui pourraient être imprudents.

Le principal avantage de ce crochet d'attache ? Pouvoir avoir les mains libres lorsque l'on monte ou que l'on démonte sa tente, lorsque l'on mange, lorsque l'on déplace ses affaires. Mine de rien, c'est utile.


Fenris pendant les préparatifs, à l'attache. Haï Olly à l'attache.


Le deuxième accessoire dont j'aimerai parler est beaucoup moins nécessaire mais étonnament pratique, il s'agit d'une gamelle de tissu, imperméable dans laquelle on peut mettre de l'eau. Elle prend peu de place, ce qui permet de la mettre dans des endroits facilement accessible même dans la voiture ou de l'emmener en randonnée. Je n'y croyais pas trop au début et après quelques jours de test, je l'ai adopté !

Le troisième accessoire est un collier à la couleur vive. J'ai choisi un orange fluo pour Fenris et un rouge pour Haï Olly. Sur ces colliers, j'ai joué du marqueur et j'ai inscrit leurs noms et mon numéro de téléphone. Certains préfèrent des médailles, j'avais envie de colliers très visibles sur lesquelles les informations soit suffisament grosses pour qu'attraper le chien (chose impossible pour un inconnu avec Haï Olly) ne soit pas absolument nécessaire et surtout que la description soit facile à donner. "Chienne typée doberman, en harnais Julius et avec un collier rouge" et "Petit chien, marron et blanc, avec la queue qui revient sur le dos, un harnais noir et un collier orange fluo". Je trouve cela assez "unique" comme description pour qu'elle soit intéressante. Malheureusement, l'expérience montre qu'une description précise et peu commune peut être utile pour ne pas être appeler pour un animal ressemblant ... J'ai eu la triste expérience de perdre mon chat (qui ne sort pas) durant une grosse journée, quand je l'ai retrouvé caché au fin fond d'un tuyau, des personnes ont continué à m'appeler pour me dire : "votre chat est devant moi", car un chat roux, ce n'est pas rare. Ce n'est pas grand chose, mais c'est ce genre de colliers qui ont tendance à me rassurer. Heureusement, ils n'ont pas eu à prouver leurs utilités durant les vacances !


Colliers de couleurs vives


Ceci étant dit ... mes vacances.

Au moment de mettre tout les bagages dans la voiture, Fenris à montré une certaine forme de stress. Il est monté en voiture, chose qu'il n'apprécie guère et refusait d'en descendre. Avec Fenris, ce comportement est presque anecdotique car il a suffit d'insister un peu pour qu'il descende de voiture mais j'aimerai m'y arrêter.

Lorsqu'un chien monte ainsi dans une voiture et refuse d'en descendre quand on l'appelle, il est important de ce souvenir que ce comportement est souvent lié à une angoisse. Gronder, punir, tenter de prendre le chien de force, ... ne sont pas des solutions et risquent de conduire le chien à de l'auto-défense, ce qui peut devenir très dangereux. Dans mon enfance, Black (Berger Allemand) montait en voiture dès qu'il voyait la portière ouverte et attaquait si on tentait de le faire descendre. Un travail de fond est à envisager avec un comportement envahissant de ce type. D'autres chiens angoissent dès les premiers signes de départ (tel que : sortir les valises), il y a alors un véritable travail de désensibilisation à faire pour que le chien n'angoisse pas inutilement durant des jours avant le départ. Dans ces cas, je pense que faire venir un professionnel comportementaliste canin peut-être utile.


Fenris refusant de descendre de la voiture


Nous avons pris le parti de rassurer tranquillement Fenris. On peut lire assez régulièrement qu'il ne faut pas rassurer un chien inquiet car cela renforcerait sa peur. La première fois que j'ai réellement réfléchi à ce conseil, j'étais chez le vétérinaire, avec Fenris et je faisais la constatation que tenter de le rassurer avait l'air de le calmer réellement et n'aggravait pas son inquiétude. Depuis, j'ai refait cette constatation avec Haï Olly. Je pense qu'il faut différencier le comportement comme étant la surface visible de l'iceberg, qui lui peut être effectivement renforcer et tout ce qui entraîne le comportement qui est la face invisible et énorme de l'iceberg. En rassurant un chien inquiet, ce ne sont pas les comportements que l'on vise et un chien inquiet n'est pas réellement en état de faire un apprentissage complexe autour de ses comportements. Non, il est davantage dans les émotions et à l'écoute de ce que l'on lui renvoie. Lui montrer qu'il n'est pas seul, tout en étant très tranquille (paniquer avec lui n'ayant aucun sens) me parait tout à fait adapté. Donc, il n'y a pas de soucis à mon sens, mais il faut toujours observer, voir si ce que l'on fait à l'air efficace ou contre-productif ou sans effet. Je pense sincèrement qu'il faut toujours s'interroger et observer pour éviter les "bourdes".

Finalement, ayant terminer nos préparatifs, nous avons pris la route et nous sommes arrivés le soir, dans un camping (**) où un très joli Boxer nous a acueilli. Nous avons pris un emplacement, monté la tente pendant que les chiens étaient à l'attache. Haï Olly était tellement inquiète qu'elle a tenté de se cacher sous la voiture, voyant qu'elle ne passait pas, elle s'est rabattue pour l'intérieur de la voiture ou de la tente. A aucun moment nous ne voulions la forcer à rester "à découvert", nous avons essayer au maximum de lui fournir un lieu de tranquilité où elle n'angoissait pas. Je tiens à le préciser car je ne suis pas pour les méthodes d'immersions que j'ai tendace à trouver ... brutales et sources de détresse.

Je vais m'arrêter un instant là dessus pour essayer de clarifier ma pensée. Je pourrais décider d'emmener Haï Olly au milieu d'une foule, encore et encore et encore, jusqu'à ce qu'elle cesse de réagir. Sa réaction de panique ne lui permettant pas de fuir puisqu'elle est attachée et tenue en laisse, elle finirait par disparaitre. Visuellement, on pourrait sans-doute parvenir à montrer un chien calme. Cependant, ce n'est pas parce qu'elle aurait appris que son comportement (je fuis) est inutile que sa peur aurait disparu. Seulement, nous serions dans le cadre d'une absence de réaction visible, ce qui se passe dans la tête du chien nous devenant totalement étranger. A la place, nous tentons de travailler sur l'origine du comportement de fuite, de ses comportements de défenses, c'est-à-dire sur la source même de ses peurs. En lui permettant de trouver un endroit où s'isoler et se rassurer, elle gère d'elle-même une partie de ses peurs. Elle peut fuir, s'isoler, se cacher, ... Elle peut réagir. Et elle peut aussi, sortir, observer, se rassurer, voir que les humains ne viennent pas vers elle, ne l'agressent pas, ... Nous avons tenté au maximum de lui permettre de gérer ses propres peurs. Parfois, en laisse, en croisant des groupes, le mouvement seul lui permet de se calmer, comme si nous étions déjà entrain de fuir.

Le lendemain, nous sommes allés à l'aéroport. Beaucoup de mouvement, beaucoup de personne, nous nous sommes dis "au revoir" sur le parking, faute de mieux, puis je suis repartie avec les deux toutous. Durant les jours qui ont suivi, nous avons beaucoup roulé et nous avons fréquenté des campings très différents les uns des autres. Du camping à la ferme équestre, totalement écologique au camping ** avec piscine et familles nombreuses. Haï Olly en a vu de toutes les couleurs. Petit à petit, elle s'est rassurée autour de la tente, comprenant qu'en cas d'ennui (une personne s'approchant à moins de 20 mètres par exemple), elle pouvait y rentrer aussi vite que possible.

Le fait même d'imaginer qu'elle puisse être calme dans la tente peut paraitre étrange, mais il s'agit d'un lieu relativement clos, coupant la visibilité et où aucun inconnu n'est jamais allé.


Haï Olly et Fenris en camping


N'oublions pas également la part de mimétisme. Fenris étant relativement calme en camping, il parvient à calmer Haï Olly. Tout comme il parvient à l'inquiéter, s'il montre des signes de peur. Fenris est un chien assez méfiant, si un inconnu s'approche, il a tendance à aboyer. Dans ce cas là, Haï Olly n'hésite pas à sortir de la tente pour faire fuir l'intrus en aboyant elle-aussi. Heureusement, peu d'inconnu ont souhaité s'approcher pour caresser Fenris. C'est arrivé une fois, mais la personne était une dame avec une chienne. Haï Olly, une fois passé le premier coup de stress, a choisi de s'approcher de la dame pour faire connaissance avec sa chienne. C'était un joli moment qui a pu se produire dans un camping relativement bondé en fin de voyage. Pour lui permettre d'accéder à la personne, je l'ai prise en laisse, la plus longue possible pour qu'elle ne se sente pas bloquée et elle a pu se déplacer à son rythme.

Alors, aller en camping, les déplacer, c'est bien gentil me direz-vous, mais ne faire que ça ... ce n'est pas vraiment des vacances. Je suis d'accord. C'est bien pour ça que nous avons fait pleins de choses. Laissez moi vous montrer.


Nous sommes allés voir un menhir, le chateau de Commarques, le viaduc de Rocherolles ...



Nous nous sommes balladés à côté du passage du Gois et sur les chemins du puy de Sarran.



Devant le canon du château de Villamblard


Il me semble que l'on a tendance à dire que pour qu'un voyage avec des chiens se passe bien et que l'on puisses visiter certains monuments, il faut beaucoup d'organisation. J'aimerai dire qu'en effet, ça a été un défi d'organisation, mais il se trouve que ce n'est pas ma discipline préférée malheureusement. J'avais uniquement noté quelques plages autorisées aux chiens et devant l'affluence, j'ai préféré fuir la côte. En réalité il y a deux astuces, toute simples, pour trouver des lieux adaptés aux chiens ou adaptés aux chiens peureux. A chaque camping, on peut prendre des flyers et rechercher une mention "autorisé aux chiens en laisse". Il s'agit parfois d'un logo, parfois d'une mention mais au certain nombre de monuments sont ouverts aux chiens en laisse. Je pense notamment aux châteaux. C'était la première "astuce", la seconde est plus adapté aux chiens peureux. Si vous croisez beaucoup de panneaux pour un monument, ce n'est même pas la peine. Si les panneaux sont rares, n'hésitez pas à les suivre. C'est ainsi que l'on peut croiser des sites étonnants et méconnus comme la Forteresse de Miremont. Il s'agit d'un très joli site que nous avons voulu visité en voyant qu'il n'y avait personne et que le lieu était ouvert aux chiens en laisse.

Malheureusement, une fois que nous avons payé, la personne a l'accueil nous a annoncé qu'il s'agissait d'une visite guidée ... pour cause de sécurité. Nous voilà donc partis pour une visite guidé, avec Haï Olly en laisse. J'étais plutôt inquiète, car cela laissait relativement peu de place à Haï Olly et beaucoup d'occasions de paniquer. Au final elle a très bien géré. Pas d'aboiement, pas de panique et elle était même détendue ! Ça a été vraiment un très bon moment.

Voilà, ce n'était pas un récit très détaillé, mais je suis contente d'avoir partagée quelques uns de ces instants avec vous.
- Céline Ouzilou - Comportementaliste Canin - n° Siret : 52315098500027 -
située près de Rennes (35)